Skip to main content

Le Recrutement des Partenaires de Mise en Oeuvre du Projet Mupaka Shamba Letu Phase II Au Rwanda

International Alert

International Alert (Alert) is an international organization headquartered in the United Kingdom that works to build peace by working with local civil society organizations through research, advocacy, capacity building, inclusive dialogue, and political and civic participation.

Sector
Other
Rate this employer
Average: 4.2 (27 votes)

APPEL A PARTENARIAT No 01/PROGR-ALERTE/MSLII/RWANDA/2024

Visant le recrutement des partenaires de mise en œuvre du projet Mupaka Shamba Letu phase II au RWANDA

Titre du projet

Mupaka Shamba Letu II (La frontière, notre gagne-pain)

Locations ciblés

Rwanda : Kigali, Rubavu (Gisenyi), Rusizi (Kamembe, Bugarama et Ruhwa) et Nyaruguru (Akanyaru);

Democratic Republic of Congo:  Kinshasa, Nord Kivu (Goma), Sud Kivu (Bukavu, Kamanyola et Uvira);

Burundi : Bujumbura, Gatumba, Akanyaru Haut (Mparamirundi), Ruhwa (Cibitoke) et Kirundo

Durée du projet

4 ans (15 octobre 2023 – 31 décembre 2027) 

Bailleur

Agence Suédoise de Coopération Internationale pour le Développement (ASDI-Sida) & la Direction du Développement et de Coopération Suisse (DDC Suisse)

Date de publication et de clôture de l’appel

Date de publication : 28/03/2024

Date de clôture : 26/04/2024

Notes importantes

Il est important de noter que cet appel est conditionné par la confirmation du financement par les bailleurs.

Il est rappelé aux soumissionnaires potentiels le strict respect de la politique de tolérance zéro de International Alert au sujet des pratiques malhonnêtes, la fraude, la corruption, la collision, le harcèlement, exploitation et abus sexuels dans ce processus de recrutement des partenaires de mise en œuvre et tout le partenariat. Notre politique de sauvegarde incluant les enfants et les adultes est reprise ici.  Les candidatures des ONG et OSC impliquées dans ces pratiques interdites et contraires à la vision, mission, valeur, objectifs et procédures de International Alert seront tout simplement annulées.

A compétence égale, la priorité sera accordée aux OSC et ONG engagées dans les approches de la sensibilité au conflit, la consolidation de la paix, la cohésion sociale et au genre. Compte tenu du nombre important de candidatures éventuelles que International Alert pourrait recevoir, si vous vous n’avez pas été contactés deux mois après la publication de cet appel, vous considérerez que votre dossier n’a pas été retenu. Toutefois, International Alert fournira les réponses et feedbacks par courriel aux soumissionnaires dont les dossiers complets soumis seront traités et analysés par le comité de selection qui sera chargé des analyses des candidatures.

Pour tout signalement et dénonciation anonymes, la politique de dénonciation d’Alert (ci-jointe et que l’on peut trouver ici) fournit des conseils sur la façon de soulever des inquiétudes au sujet de la faute professionnelle dans la conduite des personnes au sein d'Alert, de nos organisations partenaires ou de toutes autres organisations auxquelles nous sommes associées. Il vise à faire en sorte que, si vous voulez soulever des préoccupations sérieuses, vous pouvez le faire avec confiance et sans avoir à vous soucier d'être victimisés, discriminés ou désavantagés de quelque façon que ce soit en conséquence. Si vous voulez soulever des préoccupations graves, notre référent pour la dénonciation peut être contacté directement de l'une des façons suivantes:

  • Le responsable de la dénonciation chez Alert est la Directrice de la Livraison Mondiale. Vous pouvez les contacter de l'une des manières suivantes
  • Écrivez à la Directrice de la Livraison Mondiale, International Alert, Offley Works 1 Pickle Mews, Oval, Londres, SW9 0FJ, Royaume-Uni. Écrivez « Privé et confidentiel » sur votre enveloppe
  • Téléphone : +44 (0)20 7627 6857. Vous pouvez laisser un message vocal 24 heures sur 24, accessible au Directeur de Global Delivery
  • Envoyez un e-mail à concern@international-Alert.org . Cet e-mail est accessible uniquement au directeur de la livraison mondiale, au directeur exécutif et au responsable des ressources humaines.
  • Il est préférable de formuler vos préoccupations par écrit et de donner autant d'informations que possible, y compris les noms, dates, lieux pertinents, etc. Plus vous signalez une préoccupation tôt, plus il est facile de prendre des mesures efficaces

1. DESCRIPTION DU PROJET MSL

International Alert (Alert) est une organisation internationale de droit britannique qui travaille dans la consolidation de la paix à travers des organisations locales de la société civile, par la recherche, le plaidoyer, le renforcement des capacités, le dialogue inclusif, la participation politique et citoyenne. Nous travaillons avec les populations directement touchées par des conflits violents afin d’améliorer leurs perspectives de paix. Nous travaillons essentiellement avec des organisations nationales de la société civile et les autres parties prenantes, telles que les institutions démocratiquement élues, en vue du renforcer leurs capacités, dans une relation réciproque de collaboration saine et ouverte.

Suite aux nouveaux besoins identifiés, International Alert a soumis et gagné une nouvelle proposition de projet de renforcement de la paix et la stabilité dans la région des Grands-Lacs à travers le commerce transfrontalier dénommé « Mupaka Shamba Letu : la frontière, notre gagne-pain » à l’Agence Suédoise de Développement International(ASDI/Sida) et à la Direction du Développement et de Coopération Suisse (DDC Suisse) pour la continuité des actions d’appui au développement d’un Commerce pour la Paix dans la région des grands lacs. 

En octobre 2023, le projet était approuvé par les deux donateurs pour la mise en œuvre des activités pendant une durée de 4 ans allant du 15 octobre 2023 au 31 décembre 2027.[1]

Ce projet sera exécuté dans les zones frontalières entre la République Démocratique du Congo (provinces du Nord et Sud Kivu), le Rwanda (Districts de Rubavu, Rusizi et Nyaruguru) et le Burundi (Provinces de Bujumbura, Cibitoke et Ngozi) ainsi que dans les capitales de ces trois pays (Kinshasa, Kigali et Bujumbura). Une étude est prévue pour évaluer les possibilités d’étendre le projet aux autres frontières dans la sous-région.

Le problème principal que ce projet cherche à résoudre est l’insuffisance de la cohésion sociale et de la confiance au sein des communautés frontalières entre la République démocratique du Congo (RDC), le Rwanda et le Burundi en particulier et dans la région des Grands Lacs en général.

Le projet est centré sur le renforcement du commerce transfrontalier en tant que vecteur d'une meilleure compréhension et d'une plus grande interdépendance entre les communautés divisées au-delà des frontières. Ce faisant, il va développer les capacités des femmes petites commerçantes transfrontalières (FPCTs) et des acteurs du secteur privé afin qu’ils s'impliquent davantage dans les questions de paix et de sécurité et promouvoir ainsi une croissance économique inclusive pour combler les inégalités économiques qui contribuent aux conflits.

Le projet s'appuie sur les succès remportés par Alert dans le cadre du projet Tushiriki Wote, au cours duquel nous avons aidé les femmes petites commerçantes transfrontalières (FPCTs) à s'organiser en groupes et en structures leur permettant à la fois d'économiser et de plaider en faveur du changement au sein de leurs communautés et au niveau régional, et du projet Mupaka Shamba Letu Phase I (MSL I), avec lequel nous avons aidé les commerçantes transfrontalières à renforcer leur influence collective et leur pouvoir économique afin de promouvoir un engagement plus inclusif et plus pacifique entre les communautés transfrontalières.

Le but du projet est de contribuer au renforcement de la paix et la stabilité dans la région des grands-lacs. 

L'objectif du projet est de continuer à travailler sur le renforcement de la cohésion sociale et de s'attaquer aux causes profondes des conflits et de promouvoir la paix et la sécurité dans la région en s'attaquant aux causes économiques des conflits telles que les inégalités économiques et la pauvreté et d’essayer d'accroître les possibilités pour les groupes vulnérables d'accéder de manière sûre et cohérente aux ressources et aux revenus.

Ainsi le projet propose de s’aligner aux approches "nexus" qui combinent des objectifs de développement économique, tels que l'autonomisation économique des femmes, avec des objectifs de consolidation de la paix autour de la cohésion sociale et de la paix dans la région, et se concentrera sur deux domaines de résultats énoncés ci-dessous :

  • Résultat 1 : La cohésion sociale dans les communautés transfrontalières est renforcée par la contribution des acteurs du secteur privé à différents niveaux;
  • Résultat 2 : Le commerce, l'intégration régionale et le développement économique sont plus inclusifs et plus sensibles aux conflits.

A travers ces résultats le projet voudrais se focaliser davantage sur des aspects qui n’ont pas pu bien marcher au cours de la première phase notamment : le renforcement des capacités des FPCTs et leur donner des moyens d'agir en tant qu'agents de paix dans leurs communautés, la consolidation du travail sur la transformation de la dynamique de genre et la promotion des masculinités positives, les activités d’autonomisation de la femme  telles que les partenariats avec les institutions de microfinance, des concours des plans d'affaires, le soutient aux Plateformes des Associations des Commerçants Transfrontaliers afin de renforcer leur durabilité, l’intensification du travail avec les jeunes, l’appui à l'amélioration de l'environnement des affaires et le renforcement de la coopération régionale par le biais de plates-formes clés telles que les comités mixtes transfrontaliers.

Pour maximiser l’impact des résultats, le projet introduira des nouvelles composantes à cette deuxième phase de MSL 2 telle que :

  • la guérison des traumatismes et le dialogue au sein des communautés pour renforcer la cohésion sociale, car les traumatismes et les stéréotypes du passé sont des obstacles majeurs à la cohésion sociale à long terme ;
  • le travail avec des acteurs du secteur privé plus influents pour promouvoir le programme de paix et de sécurité afin de compléter les initiatives des FPCTs au niveau local ;
  • le travail sur les chaînes de valeur et la valeur ajoutée afin d'offrir aux FPCTs davantage de possibilités d'accroître leur influence, d'accéder aux marchés et d'augmenter leurs revenus économiques ;
  • la promotion d'une intégration régionale inclusive et sensible aux conflits avec les États et les organisations régionales pour faire en sorte que les voix des FPCTs soient entendues et que les tensions liées à la concurrence économique soient atténuées.

Ceci permettra de consolider les remarquables succès  atteints au cours du projet MSL I qui sont principalement : la transformation de la dynamique de genre, l’autonomisation économique accrue des FPCTs, l’amélioration de la confiance, de la communication et de la compréhension entre les autorités transfrontalières et les FPCTs, l’amélioration de la cohésion sociale entre les FPCTs avec plus de confiance et d'échanges, plus de coopération régionale à travers des plateformes établies et un environnement de travail amélioré pour FPCTs à travers le plaidoyer (signature de RECOS entre la RDC et le Burundi, dispositions relatives au COVID-19, etc.)

2. L’OBJECTIF DES TERMES DE REFERENCE

Alert cherche des partenaires de mise en œuvre pour atteindre les résultats et assurer un bon déroulement des activités dans les ville/localités et sites suivants au Rwanda :

  • Rubavu, aux frontières de Gisenyi-Goma,
  • Rusizi, à la frontière de Rusizi I -Ruzizi I et Rusizi II-Ruzizi II ;
  • Bugarama, à la frontière de Bugarama- Kamanyola ;
  • Bugarama, à la frontière de Ruhwa - Cibitoke ;
  • Nyaruguru, à la frontière de Akanyaru-Mparamirundi

3. L’ETENDUE DU TRAVAIL 

  • Responsabilités des partenaires

Le partenaire sera responsable pour la mise en œuvre des activités dans l’une des villes/localités en accord avec les objectifs et les résultats attendus du projet. Le projet travaillera principalement avec les FPCT et leurs époux, les Plateformes des Commerçants Transfrontaliers (PCT), les coopératives, les PMEs (Petites et Moyennes Entreprises) mais gardera un intérêt sur les nouvelles catégories de bénéficiaires telles que les jeunes entrepreneurs et commerçants, les communautés transfrontalières et les acteurs du secteur privé de haut niveau. Il continuera à collaborer avec un large éventail d'acteurs politiques et administratifs aux niveaux local, provincial, national et régional.

Dans chaque site, les activités du projet vont cibler:

Bénéficiaire

Nombre visé et attendu par site

Total

Kigali

Rubavu

Rusizi

Bugarama et Ruhwa

 

Akanyaru

Plateforme des Commerçants Transfrontalier (PCT)

RAS

1

1

1

 

1

4

Femmes petites commerçantes transfrontalières (FPCTs)

RAS

600

600

600

 

600

2400

Époux des FPCTs

RAS

100

100

100

 

100

400

Coopératives des FPCTs

RAS

2

2

2

 

2

8

Les associations villageoises d’epargne et de credit (AVECs)  des FPCTs

RAS

12

12

12

 

12

48

Jeunes entrepreneurs et commerçants

RAS

100

100

100

 

100

400

Responsables des Petites et Moyennes Entreprises

RAS

50

50

50

 

50

200

Fédérations des acteurs du secteur privé

1

RAS

RAS

RAS

 

RAS

1

Officiels à la frontière

RAS

25

25

25

 

25

75

Autorités provinciales et nationales

5

15

15

5

 

5

45

Autorités locales

RAS

10

10

10

 

10

40

Leaders locaux et leaders d’opinion au niveau national et régional, y compris l’EAC

30

 

 

 

 

 

30

  • Activités à mettre en œuvre dans chaque site du projet par chaque partenaire

Les partenaires qui seront sélectionnés à la suite de ce processus, sur base de leurs expériences et capacités, contribueront à la mise en œuvre des activités détaillées dans le tableau ci-dessous :

Objectif : Renforcer la paix et la stabilité dans la région

Résultat 1 : La cohésion sociale dans les communautés transfrontalières est renforcée par la contribution des acteurs du secteur privé à différents niveaux

Extrant 1.1 : Les FPCTs et les jeunes entrepreneurs ont les compétences et l'espace nécessaires pour promouvoir la cohésion sociale au niveau communautaire.

Extrant 1.2 : Les communautés transfrontalières autour des FPCTs et les jeunes ont l'occasion de dialoguer et de faire face aux traumatismes du passé.

Extrant 1.3 : Les acteurs du secteur privé s'engagent dans des initiatives économiques plus inclusives et plus sensibles aux conflits.

1.1.1.   Mettre en œuvre un programme de renforcement des capacités en      leadership pour les FPCTs

1.1.2.   Soutenir les initiatives des FPCTs visant à renforcer la cohésion sociale et à transformer les dynamiques de genre ;

1.1.3.   Soutenir les jeunes entrepreneurs pour qu'ils mènent des mini-initiatives en faveur de la paix régionale ;

1.1.4.   Soutenir les campagnes de masculinité positive,

1.2.1     Développer un programme communautaire de guérison des traumatismes dans les communautés frontalières ;

1.2.2     Organiser de grands dialogues communautaires sur les questions de réconciliation ;

1.2.3     Organiser des campagnes radio et de communication sur la paix positive et la cohésion sociale, les dynamiques de genre et l'environnement des affaires ;

1.2.4     Mener des activités de plaidoyer aux niveaux transfrontalier et régional pour réduire les tensions politiques et économiques

Activités en charge des fédérations du secteur privé

Résultat 2 : Le commerce, l'intégration régionale et le développement économique sont plus inclusifs et sensibles aux conflits

Extrant 2.1 : Les FPCTs et les jeunes entrepreneurs ont accès aux services, au capital économique et aux marchés.

Extrant 2.2 : Les acteurs des secteurs public et privé promeuvent l'intégration régionale sensible aux conflits et la coopération régionale.

Extrant 2.3 : Les acteurs du secteur privé opèrent dans un meilleur environnement commercial.

2.1.1.       

2.1.2.       

2.1.3.  Organiser un concours(compétition)  de plans d'affaires pour les FPCTs ;

2.1.4.  Mettre en place une structure transfrontalière pour les jeunes entrepreneurs ;

2.1.5.  Favoriser l'accès au marché et la valeur ajoutée pour les FPCTs en travaillant sur une chaîne de valeur

Activités en charge des fédérations du secteur privé

Activités en charge des fédérations du secteur privé

  • Intérêt de Alert dans les partenariats pour la phase II de la MSL

Le projet MSL phase II est un projet passionnant pour Alert, car il permet de faire évoluer sa méthodologie en matière de commerce transfrontalier et d'intégrer l'innovation dans ses approches. Alert travaille sur ce thème depuis plus de 15 ans dans la région des Grands Lacs et a constamment adapté ses approches à l'évolution du contexte économique, social et politique de la région. La façon dont le commerce transfrontalier est effectué a changé de manière significative au cours des cinq dernières années, sous l'effet de la crise du COVID-19 et de la fermeture des frontières, mais aussi d'alliances régionales plus larges entre les pays. Alert est plus que jamais convaincus du potentiel de consolidation de la paix que peut apporter l'intégration régionale et reconnait que son analyse et sa méthodologie adaptées d'aujourd'hui sont les produits de centaines de conversations et de sessions d'analyse conjointe avec ses partenaires au cours des 15 dernières années.

L'un des défis les plus excitants du projet MSL phase II est que Alert cherche à travailler sur de nouveaux thèmes et approches qui ont été identifiés comme des innovations à apporter dans ses interventions et qui permettent d'adapter le projet à la nouvelle réalité socio-économique et politique du commerce transfrontalier (CBT) dans les Grands Lacs d'aujourd'hui. Il s'agira notamment de :

  • Travailler sur la taxation formelle et informelle qui reste un obstacle sérieux au commerce transfrontalier et crée des frustrations dans toute la région.
  • L'évolution vers une marque de "paix" (label Business for Peace) pour les entreprises qui s'engagent dans des chaînes de valeur sensibles aux conflits et exemptes de conflits
  • Le travail de leadership avec les femmes acteurs de la paix
  • Guérison des traumatismes
  • Formation à la masculinité positive

Il s'agit d'idées novatrices et passionnantes qui sont ressorties des discussions avec les partenaires, mais qui nécessitent à intégrer de nouvelles compétences et de nouveaux modes de pensée dans le projet.

Ainsi, Alert recherche des partenaires ayant des expériences variées dans les domaines ci-haut détaillés, qui ont une maîtrise      des zones d’intervention et du contexte régional dans lequel le projet sera mis en œuvre enfin que ces derniers apportent leurs contributions à l’atteinte des résultats et objectifs visés par MSL II.

  • Processus de partenariat

A la suite de cet appel, un processus transparent et inclusif de sélection sera dirigé par un comité de sélection qui sera mis en place par Alert pour analyser les soumissions reçues et établir une liste restreinte d'ONG qui répondent aux critères objectifs établis. Les ONG présélectionnées feront l'objet d'une évaluation des capacités institutionnelle, organisationnelle, programmatique et financière afin de déterminer le niveau de risque sur la base de leurs forces, faiblesses, opportunités et menaces en termes de capacité à soutenir la mise en œuvre du projet.

Au total 2 ONG seront identifiées et sélectionnées au Rwanda pour appuyer la mise en œuvre de ce projet à (i) Rubavu et Akanyaru et (ii) Rusizi, Bugarama et Ruhwa au Rwanda. Ces ONG, une fois sélectionnées seront invitées à participer à la Réunion d’orientation sur le projet (Atelier de démarrage interne du projet) mais aussi à la mise en place d’un plan de renforcement des capacités des partenaires au regard des besoins identifiés au cours des évaluations. Ils travaillent en collaboration avec les autres ONG qui seront sélectionnées pour la mise en œuvre du projet au Rwanda et au Burundi.

Cette étape sera suivie par la préparation des documents de contractualisation par les partenaires notamment i) la proposition technique du projet et ses annexes, ii) le budget annuel sur base des répartitions des allocations budgétaires, iii) le plan de travail annuel, iv) le cadre le cadre des résultats et v) la matrice de suivi des risques. Ensuite suivra la contractualisation et le lancement effectif      du projet dans chaque site de mise en œuvre.

  • Durée prévisionnelle de Partenariat

Le projet a une durée d’un peu plus de 4 ans compris entre le 15 octobre 2023 jusqu’au 31 décembre 2027. Les partenaires sélectionnés auront des contrats annuels qui seront renouvelés sur base des résultats des évaluations des performances. Ainsi, les négociations partenariales devraient déboucher sur  le premier contrat qui couvrira la période   juin à décembre 2024 (7 mois), le deuxième contrat couvrira la période de janvier à décembre 2025 (12 mois), le troisième contrat portera sur  la période de janvier à décembre 2026 (12 mois) et enfin le dernier contrat s’étendra de  la période de janvier à septembre 2027 (9 mois).

4. EXPERIENCE ET CAPACITES ESSENTIELLES

Le partenaire potentiel doit répondre aux critères suivants :

  • Disposer de la personnalité juridique et les statuts notaries de l’organisation lui permettant d’opérer au Rwanda ;
  • Justifier une présence opérationnelle à(aux) la/les frontière(s) ciblée(s) par le projet et prouver les interactions programmatiques avec les cibles visés dont les FPCTs ;
  • Avoir de l’expérience programmatique prouvée de travailler avec les cibles visées d’avoir travaillé avec les cibles visées au moins 2 ans à la frontière ciblée ;
  • Avoir une expérience prouvée d’au moins 3 ans dans la mise en œuvre de projets avec un budget d’une valeur minimum de 75,000 USD/ par année ;
  • Avoir une vision de la paix qui cadre avec la vision de paix d’International Alert ;
  • Avoir un minimum de 3 ans d’expérience prouvée dans un ou plusieurs de domaines techniques suivants : renforcement économique des femmes et des jeunes, participation des femmes à la prise de décisions, consolidation de la paix et cohésion sociale, entreprenariat, guérison traumatique ;
  • Faire preuve d’une connaissance pratique dans la mise en œuvre de l’approche genre et sensibilité au conflit ;
  • Avoir une expérience prouvée de travail avec les femmes petites commerçantes transfrontalières et les officiels aux frontières ; l’expérience de travail avec des petites et moyennes entreprises, des fédérations des acteurs du secteur privé et des autorités gouvernementales sera un atout ;
  • Avoir une volonté démontrée et de l'expérience du travail en collaboration avec d'autres organisations de la société civile ;
  • Avoir une expérience prouvée dans le plaidoyer pour l’autonomisation des femmes et/ou sur des questions de la paix et la sécurité au niveau provincial et national ;
  • Faire preuve de bonnes politiques, pratiques et excellentes capacités de gestion technique, financière, et des ressources humaines ;
  • Jouir de bonnes relations prouvées avec la communauté locale, avec les dirigeants politico-administratifs et économiques du district de Rubavu, Rusizi et Nyaruguru.

5. COMMENT SE POSITIONNER PAR RAPPORT AU PAQUET D’ACTIVITES ET AUX INNOVATIONS/NOUVELLES THEMATIQUES 

International Alert ne cherche pas une organisation qui possède toute l'expertise technique qui sera utilisée dans le projet MSL2 mais plutôt il cherche à constituer un consortium composé d'organisations qui sont expertes dans leur domaine pour se compléter au sein de ce consortium. Alert voudrait connaître l'expertise disponible sur laquelle le projet pourrait s'appuyer et plus particulièrement sur les nouveaux thèmes de travail ajoutés aux stratégies de mise en œuvre et à la théorie du changement du projet. Les organisations sont ainsi encouragées à expliquer dans leurs offres quels sont les domaines techniques où elles ont plus d’expertise. 

6. LES TERMES ET CONDITIONS DE SOLLICITATION 

Les organisations remplissant les critères ci-dessus et qui souhaitent postuler pour être partenaire de mise en œuvre du projet doivent soumettre les documents suivants :

  • Lettre d’intérêt signé par un(e) responsable de votre organisation
  • Une déclaration de vos expériences selon chaque critère essentiel mentionné ci-haut ;
  • Une copie de certificat d’enregistrement comme ONG au Rwanda octroyé par l’Office Rwandais de Gouvernance (RGB);
  • Liste des membres du conseil d’administration de votre organisation et leurs CVs ;
  • Description des structures de décisions dans l’organisation et leurs rôles (par exemple, l’équipe dirigeant et leurs CVs) ;
  • Les lettres de référence de 3 personnes travaillant dans des organisations internationales partenaires avec lesquelles votre organisation a travaillé dans le passé sur les projets similaires ;
  • Une copie de votre rapport d’audit annuel de 2022 et 2023;
  • L’accusé de réception de l’E-filing pour l’année qui a écoulée le 31 décembre 2023
  • Une copie complétée de la fiche technique de l’organisation en annexe 1 (voir ci-bas).

La manifestation d'intérêt(dans un seul fichier pdf) doit être adressée à Rwanda@international-alert.org; au plus tard le 22 avril 2024.

NB : International Alert ne contactera que les organisations retenues. Celles-ci feront l'objet d’une évaluation financière, programmatique et institutionnelle par l’équipe d’Alert au Rwanda.

Click on the APPLY button to send your application documents:
  • Your application will be sent to the employer immediately (Allowed formats: .doc .pdf .txt .docx)
  • A confirmation email will be sent to you few minutes afterwards
  • You can request any documents archived from our website (ex: a job description, a CV, a cover letter...)